Le matriarcat et la matrilinéarité ne sont pas identiques. Même si dans les deux concepts, la femme est toujours placée au centre de la société, elle ne l’est pas dans la même étendue. Alors même que les mœurs ont changé au cours des siècles au Vietnam, les racines traditionnelles restent bien ancrées.

La femme au centre de la société

 

10535992424-2501-a-thay

A l’origine, c’est-à-dire avant que les Chinois ne dominent le pays durant dix siècles, le Vietnam était une société matrilinéaire par son sud. Ainsi, toute la possession de biens et de droits était détenue par la femme. La transmission des biens, de la propriété, de l’héritage et du nom, se faisait de la mère à l’enfant.

La figure masculine centrale était alors l’oncle, qui avait pour obligation de s’occuper des enfants de sa sœur. Ainsi, les rôles au sein des familles étaient véritablement partagés entre hommes et femmes.

Cependant, cela ne signifie pas pour autant que la société vietnamienne était matriarcale. A la différence de la lignée matrilinéaire, le matriarcat laisse place à une domination de la femme dans tous les espaces de la société : dans les institutions, dans les hautes sphères de pouvoir, dans les entreprises, dans les médias, etc.

Aujourd’hui encore, certaines ethnies comme les Rhade, les Ede, les Bahnar, les Jaraï … conservent un système matrilinéaire. 

Le confucianisme chinois, un système patriarcal rigide

IMG_5403

Lorsque la Chine envahit le Vietnam, au IIème siècle, elle importa ses croyances et sa doctrine confucianiste. L’importance de la hiérarchie (l’empereur, le père, le fils) relégua la femme a un statut presque inexistant. Un système patriarcal se mit alors en place où l’espace public était exclusivement géré par les hommes. 

Selon la doctrine confucianiste, la femme doit avoir trois vertus : la fidélité, l’obéissance et le devoir de donner naissance à un garçon. Elle dépend donc de trois hommes au cours de sa vie : son père, son mari et son fils.

Bien que la tradition confucéenne est imprégnée le Vietnam jusqu’à aujourd’hui, la femme demeure la figure centrale et dissidente de la famille. Elle reste très active sur le plan social, à travers sa forte présence dans la population active, tout comme dans les croyances. Même si les postes administratifs et politiques restent encore tenus par des hommes, le gain d’égalité se fait de plus en plus grand.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s